Ateliers Littérature-Comunication : fabrique des outils expérimentaux

Un concept-clé du projet, celui de médialittérature, est un outil d’exploration forgé par Estelle Doudet pour décrire les productions littéraires prémodernes qui se caractérisent par leur engagement dans le temps présent, leur dimension persuasive et leur choix d’un medium oratoire codifié, le vers.

Tout au long de la durée du projet, nous rencontrons des experts suisses et internationaux intéressés par les médias et la communication littéraire pour mettre nos outils d’analyse à l’épreuve des théories des médias appliquées aux différents objets de recherche historiques et contemporains.

Colporteurs de livres, Anciens cris de Paris, XVIe s.

Le 1 février 2021, Estelle Doudet, directrice du projet, a esquissé sa vision de la « nouvelle histoire des orateurs » dans l’espace de langue française (XIVe-XVIe siècles), en la mettant en perspective avec différents courants d’études des formes d’engagement littéraire : « littérature engagée » (Sartre, Camus, Malraux), « littérature embarquée » (Jean-Claude Mühlethaler), ou encore  « littérature d’engagement » (Benoît Denis), ou les approches de sociologie historique comme la genèse de la fonction d‘intellectuel (Antonio Gramsci) ou les théories de développement de l’espace public, inspirées par les travaux de Jürgen Habermas.

Le 14 avril 2021, nous avons rencontré virtuellement Marcel Burger, linguiste spécialisé en analyse de discours, pour discuter de la nécessité de reconsidérer les concepts et les méthodes d’étude des énonciations pour approcher la communication digitale. Dans cette confrontation entre la post-communication et la société pré-médiatique, la notion de « produsagers » s’est avérée particulièrement stimulante pour éclairer les identités et les pratiques des « orateurs » prémodernes, souvent à la fois récepteurs et producteurs des « médialittératures ».

Le 11 juin 2021, nous avons organisé une spin-off de la journée d’étude Penser les médias : terrains, sources, approches en invitant les organisatrices, Roxane Gray, Audrey Hostettler et Emmanuelle Paccaud, à un échange comparatiste et transhistorique autour des questions de réseaux de production médiatique et des conflits de positionnement qui leur sont inhérents, des acteurs médiatiques professionnels et amateurs ou de la discordance entre la vérité des archives et les narrations des bâtisseurs de mémoire.

En printemps 2022, nous avons rencontré Kevin Curran (UNIL), porteur du projet Theater and Jugdment in Early Modern England, et son équipe (Céline Magada, Patrick Durdel), afin de comparer nos approches respectives de la communication et de la réception à l’époque pré-moderne.

Le 2 décembre 2022, l’équipe du projet a rencontré deux seiziémistes Julien Goeury, spécialiste de la poétique réformée, et Alexandre Goderniaux, qui travaille sur une thèse en histoire moderne consacrée au discours ligueur, pour échanger sur les libelles en vers (notamment les chansons) et en prose (p. ex. les harangues) et leur rapport au temps – à l’histoire et au moment présent – aspect crucial des médialittératures, selon une hypothèse de notre projet.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Natalia Wawrzyniak (29 novembre 2021). Ateliers Littérature-Comunication : fabrique des outils expérimentaux. Médialittérature. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rbhj


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.